greenitude

Assume ta greenitude!


En ce début d’année, j’ai le goût de vous partager des histoires inspirantes! Du vrai monde, comme vous et moi, qui ont décidé de mettre un peu de vert dans leur vie! De donner un coup de pouce à la planète par de petits gestes simples au quotidien. Je me suis entourée de quelques formidables collaboratrices que vous pourrez lire et découvrir au fil de leurs textes sur le blogue!

Aujourd’hui, je vous présente ma belle amie…

Judith Gibson

Judith

J’ai appris que pour être écolo aujourd’hui, il faut savoir tenir son bout. Il faut faire abstraction des commentaires désobligeants ou encore décourageants des gens qui sont réfractaires aux changements.

Parce qu’il faut se le dire, faire des choix écolos rime souvent avec efforts supplémentaires et adaptations. Par contre, si ce n’est pas toi qui fais cet effort de plus, dis-toi que quelqu’un d’autre devra le faire. Et ce quelqu’un, c’est souvent l’environnement.

Mais une fois que tu as décidé de faire ces choix, il te reste à les assumer et à les défendre devant les autres, ce qui n’est pas tout le temps une mince tâche.

La face mi-paniquée mi-en maudit de l’éducatrice du CPE lorsque je lui ai dit que mon garçon était aux couches lavables aurait pu me faire changer d’idée. Mais l’être humain est bien fait, il s’adapte aux changements. Suffit de le montrer, de l’essayer et d’ancrer tranquillement cette nouvelle habitude pour que ça devienne un geste quotidien qui ne demande plus tant d’efforts que ça (ok, peut-être encore quelques efforts en cas de gros #2 qui déborde « un peu »). MAIS, si ce n’est pas toi qui fais l’effort de laver tes couches lavables aux 3 jours, c’est l’environnement qui devra « endurer » pendant 500 ans tes couches jetables.

La caissière qui te dit « vous êtes certaine que vous ne voulez pas de p’tits sacs (en plastique) pour emballer vos 3 casseaux (en plastique) de framboises », elle est en train de te juger! Elle a beau te sortir comme raison que les casseaux s’ouvrent souvent tout seuls, tu t’assumes et tu gèreras les 2-3 framboises écrasées au fond de ton sac réutilisable au pire en arrivant chez vous. Mais tu dois tenir ton bout, car la caissière d’épicerie est une espèce très réfractaire aux petits gestes écolos pourtant si simples.

Tu auras surement un ami qui ne comprendra pas ta décision de partager seulement une voiture pour le couple et qui plaidera que ta liberté sera bafouée. Tu lui expliqueras que ta réalité te permet très bien de voyager en transport en commun ou en vélo, mais pour lui, ça équivaudra à un échec dans ta vie d’avoir à faire ces efforts. Encore là, tu t’assumes et tu tiens ton bout!

Ton amie un peu trop orgueilleuse et « fière pète » te jugera d’acheter des vêtements usagés pour tes enfants,  mais dans le fond, tu seras très contente de ton choix lorsque tu verras les beaux vêtements de ses enfants tâchés de gouache ou de sauce à spaghetti après 2 jours à la garderie.

Tu verras le dégout dans les yeux de certains lorsque tu leur diras que tu flush aux 2 pipis. À ce moment, il se peut que tu ne t’assumes plus tant que ça et que tu n’oses par leur dire que tu te rends parfois à 3! Tu les rassureras en leur disant que les cacas conservent leur propre flush, quand même!

Bref, choisis les gestes écolos qui te conviennent puis assume-les jusqu’au bout. On réussit plus souvent qu’on pense à faire changer la mentalité des autres juste en montrant l’exemple et en assumant ses choix.

Pis s’ils te jugent encore, dans le fond, c’est juste parce qu’ils sont jaloux de toi!!

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *