Facilité&Pissenlit

La facilité: notre pire ennemie! 4


J’ai récemment visionné un reportage sur l’achat local où l’on interviewait Christine Grenier, la merveilleuse propriétaire de Vert Essentiel, #maboutiquederêve. On lui demandait qui étaient ses concurrents et sa réponse m’a comme sautée en pleine face! Elle n’a nommé aucun commerce, mais plutôt: la facilité. Celle qui nous pousse à acheter notre bouteille de shampooing à l’épicerie, parce qu’on est déjà là et qu’on n’a pas envie de faire un détour chez un marchand de produits naturels en vrac!

Je me suis donc demandée quels sont les obstacles que je rencontre dans ma démarche vers mon mode de vie écolo idéal. Je me mets à nu devant vous chers lecteurs! hahaha! Vous allez voir, j’ai de nobles intentions, mais j’ai des petits moments de faiblesse comme tous le monde!

 

Premièrement,  ma paresse légendaire! Je confirme que c’est vraiment douillet la facilité. Être écolo, ça demande un minimum d’organisation! Par exemple, quand le temps froid et la neige arrivent, j’ai pu le goût d’aller vider mon compost et je fais la grève… Comme la culpabilité (pour une fois, je te remercie ma chère!) me rongeait chaque fois que je mettais mes pelures de légumes à la poubelle, j’ai alors cherché des solutions au compost hivernal.  J’ai finalement choisi de stocker mon compost dans des chaudières en plastiques, dehors près de ma porte. Dès les premières chaleurs du printemps, je n’aurai qu’à transvider le tout dans mon bac de compost.  Dans ta face la paresse!

 

IMG_2218Notre nouveau système de compost hivernal.

Deuxièmement, mon chum! (Ah comme il va être content de lire ça!) Comment on dit ça déjà? Chassez le naturel et il revient au galop? Même si je lui casse les oreilles avec mes idées pour nous rendre plus écolos, si je ne m’en occupe pas, il oublis et reviens de l’épicerie avec foule emballages et produits transformés! Arghh! Il est aussi un peu réfractaire aux changements… Par exemple, avant les fêtes, j’ai profité que nous n’avions plus de savon à vaisselle pour changer pour un produit naturel en vrac. OH LA LA! L’homme a vite sauté à la conclusion que le produit serait inefficace!

Mouhahaha, je l’ai bien eu avec mon savonenvracultraconcentrésuperdégraissantpiquisentsuperbon !!! Nos chaudrons n’ont jamais été aussi beaux et mon chum est SUPER content de faire la vaisselle (NOT!) Avant qu’il m’arrache la tête, je dois dire qu’il m’aide vraiment beaucoup à la maison et qu’il embarque dans tous mes projets verts ou pas !!!! Je t’aime mon amoureux!

 

IMG_0915Mouhahaha! 

L’argent fait aussi partie de ma liste d’obstacles! Je suis…économe (voire cheap!) fake j’achète juste des trucs en spécial, sinon j’ai l’impression de me faire avoir. Sauf que, dans le monde du bio, vrac et local…c’est plutôt rare les spéciaux! Alors je suis confrontée à un choix: être économe ou écolo???  Bon le choix est logique, mais une fois devant l’étalage c’est moins évident! L’autre jour je suis allée au beau nouveau Metro à Vaudreuil (où il y a beauuucoup de fruits et légumes en vracs!!!). Il y avait les oignons en spécial à 1,25$/sac, emballés dans un filet de plastique non recyclable vs les oignons en vrac qui m’ont coûté 4,95$ pour la même quantité…mais dans MON sac en filet réutilisable. Bon la solution est évidemment les paniers de légumes bio et les marchés estivaux… mais l’hiver je fais quoi? Je pourrais vous écrire des pages sur le sujet tellement je me sens pognée! Bref, je vous prépare un article là-dessus justement…hihihi!

 

La stupidité humaine!!!! Je sais, je ne devrais pas mettre la faute sur les autres, mais des fois OUI, ils ne me laissent juste pas le choix! J’ai d’ailleurs quelques exemples:

  •  La caissière à l’épicerie (la pauvre, je m’acharne encore sur elle…) qui insiste toujours pour mettre ma viande (déjà  SURemballée) dans un sac en plastique et qui en plus me demande pourquoi je refuse encore?!
  •  Dans un cours de cuisine que j’ai suivi dernièrement, on nous faisait goûter une huile dans un genre de petit shooter en  plastique. J’ai demandé qu’on me la verse directement dans mon assiette au lieu d’utiliser le gobelet. La dame à mes côtés m’a  demandé: « C’est quoi, tu n’aimes pas le plastique, tu trouves que ça goûte?… »
  •  J’ai commandé un café au comptoir à l’auto d’un Tim Hortons la fin de semaine dernière, en spécifiant que j’avais ma tasse  réutilisable. Arrivée au comptoir, j’ai vu l’employé verser mon café dans un verre en carton, le transvider dans ma tasse et jeter  le verre à la poubelle. JE CAPOTAIS! J’ai alors demandé s’il avait VRAIMENT jeté un verre pour préparer mon café et il m’a  alors assuré que oui et que c’était la procédure normale.

Je n’ai rien de plus à dire que: WOW!

Finalement, mon impatience… et c’est comme ça dans toute les sphères de ma vie! Je voudrais DÉJÀ avoir réussi avant d’avoir commencé! Je voudrais déjà pratiquer et maîtriser le zéro déchet, TOUT composter sans me poser de questions, être autosuffisante dans ma p’tite cour de 7000 pieds carrés, faire TOUJOURS des achats responsables…. mais comme dans tout changement, il faut se laisser du temps pour s’adapter! Une étape à la fois! Je crois que d’être consciente des gestes non écolos que je pose et de réfléchir pour y trouver une alternative verte est déjà un grand pas! Il y a malheureusement encore beaucoup trop de gens qui ne se rendent pas compte du tout des impacts de leur geste au quotidien et qui jettent n’importe quoi n’importe où parce que c’est plus facile!

 

IMG_0492Fille ben trop contente de faire du compost.

 

Et vous, qu’est-ce qui vous ralentit dans l’atteinte de vos objectifs en matière d’environnement?

 

 


Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 thoughts on “La facilité: notre pire ennemie!

  • mario Cadieuxs

    Un pas a la fois

    Ne cherche pas la perfection

    Pour le café du Tim il faut que tu ailles a l’intérieur…. En plus tu stationne ton auto loin et cela te fais faire une marche santé…..

    • martine Post author

      Oui c’est ce qu’on m’a expliqué…je trouve quand même le concept ridicule 😉 Et merci pour les encouragements!!

  • Chantal

    Le compost l’hiver dans des chaudières….nah! Impossible ici! Je remplirais une chaudière au 2 jours. On edt 6 et on consomme +++++ de fruits et légumes. Mes bacs à compost sont loin et presque inaccessible en hiver, et puis comme la décomposition est arrêté en hiver, ils seraient plein trop vite. Alors je réutilise au maximum mes « déchets ». Presque tout mes restants de légumes s’accumulent au congélateur pour faire du bouillon de légumes. Mes pelures de pommes sont séché et réduit en poudre pour ajouter aux muffins, ect.
    J’utilise aussi un « composteur » naturel l’hiver…. les chevreuils qui se régale de mes reste de légumes et fruits en passant dans ma cour.
    Le vermicompost permet aussi de réduire sans sortir de chez nous et les enfants adorent. Le marc de café peut faire un bon exfoliant ou un masque capillaire qui rehausse la couleur naturelle des cheveux.
    Rien de bien compliqué!!

    Qu’est-ce qui ralenti les gens, cette impression que c’est tellllement compliqué de faire autrement. Il y a qu’à voir tout ces blogs qui proposent milles et une recettes de savon, nettoyant tout usages, produits vaisselle, qui demande du temps, des ingrédients presque introuvable…Bref, c’est du gros n’importe quoi, du green washing, que plusieurs tentent à promouvoir pcq c’est rendu à la mode. Mais leur démarche va pas ben ben plus loin. Être écolo, vivre autrement, ça pas besoin d’être contraignant.
    Pourquoi vouloir réinventer la roue? Une petite réflexion sur comment vivait nos grand-parents devrait nous aider à savoir où nous enligner!!
    De l’eau, de bicarbonate de soude, du sel, du vinaigre, c’est tout. Mon produit vaisselle? Un bloc de savon de Marseille (le vrai) c’est tout!!

    Pour l’argent, je suis d’accord. J’ai 4 enfants, je suis maman à la maison, on vit donc sur un seul salaire. On est pas riche, par contre c’est un choix que nous avons fait. Mais dans ce cas, l’organisation est la clé du succès. Je profite des surplus de la belle saison pour faire des réserves. J’achète locale en saison, quand les prix sont au plus bas et les produits en abondance. Je congèle les petits fruits en portion d’une tasse environ pour cuisiner des muffins ou autre tout l’hiver. Même chose avec les pêches et les poires de l’Ontario pour faire des smoothies. J’en profite pour faire des bocaux de confiture, marinade, et autre. Je blanchi des légumes que je congèle sous vide. Au temps des pommes, on fait des tonnes de compote que je congèle ou met en bocaux. Bref, vous voyez le genre. On peut en faire des choses dans notre cuisine, de la poudre d’ail ou d’oignon, des fruits séché ( que mes enfants consomment en quantité industrielle!!!!!).
    Acheter un boisseau de tomates ou de n’importe quoi d’autre est souvent à meilleur prix et ne fait pas de déchets. Une belle tresse d’ail de Québec, durera tout l’hiver sans germer.
    Les coop bio permettent souvent d’économiser avec des achats groupé.
    Tout cela pour dire qu’il y a vraiment beaucoup d’alternative efficace et moin cher. Mais le meilleur truc est d’acheter uniquement ce que nous avons besoin, acheter deux pommes de salade pcq en spécial et au final en jeter une équivaut à jetrr son argent.

    Et ne pas virer fou non plus, c’est facile de se mettre la pression en voyant le minuscule petit tas de déchets d’un autre et comment cela semble facile. J’ai décidé que oui je voulais réduire mes déchets, pour 6 on fait un demi bac noir par mois, c’est pas si mal, on pourrait faire mieux, sûrement. Cela viendra p-e un jour, mais pour le moment mes énergie sont mis ailleurs et je me sens pas coupable du tout!
    Je dois préciser que je refuse d’aller au bulk barn, je me sentirais un peu hypocrite de me péter les bretelles de ne pas faire de déchets en achetant des produits dont on ne connaît pas la provenance nis les conditions de travail de ces travailleurs agricoles.

    Ahah! Desolé pour le roman!
    Bonne soirée!

    • martine Post author

      WoW Chantal! Je n’aurais pas dit mieux! Plusieurs des trucs que tu proposes se retrouveront dans le Défi Virage Vert, mais je vois que tu es déjà une « foule » écolo! Tu nous démontres bien que ce n’est effectivement pas si compliqué (même avec 4 enfants!!!) de s’organiser pour virer au vert! Par contre, nous avons la chance d’être mamans à la maison… Je comprends que les parents qui courent toute la semaine pour se garder la tête hors de l’eau peuvent avoir l’impression qu’on leur ajoute juste un poids de plus sur les épaules… C’est pourquoi j’essaie d’encourager mes lecteurs à y aller un petit pas à la fois :)

      Pour ce qui est du Zéro Déchet et du Bulk Barn, j’ai aussi pas mal de réticences… Tant que leur politique de réutilisation des contenants ne changera pas, je ne vais pas les encourager, car ça va complètement à l’encontre du mouvement! À ma dernière visite de « repérage » j’ai vu qu’il y avait quelques produits clairement identifiés « produit du Canada ou Québec ». J’ai questionné la gérante sur la provenance des produits et elle ne pouvait pas m’éclairer puisque même les boîtes à l’arrière ne sont pas identifiées. Elle semblait par contre dire que le dossier des contenants avance… et nous encourage à écrire à la compagnie pour faire des pressions.

      Merci beaucoup pour ton commentaire!
      Bonne journée!